TECNOR
 
TEQUEURS ET CHOULEURS DE NORMANDIE
 






TECNOR...








TECNOR a pour but la promotion, la préservation et la diffusion des jeux et sports normands traditionnels (mais aussi des jeux vikings pratiqués en Normandie) et ceci dans toute la Normandie... puisqu'il n'y en a qu'une!!

C'est à présent plus d'une vingtaine d'évènements annuels (30 animations en 2011) qui sont organisés et plus de 70 parties de choule et choule crosse (entre autre!!).


1/ Dans le cadre scolaire
(UNSS - fête de la choule à Barentin avec les élèves de primaire de la ville, parcours éducatifs, etc...).
Vous êtes professeur de sport, vous souhaitez connaître les sports régionaux : contactez nous!!


2/ Dans les fêtes locales, communales, régionales ou nationale (participations à la fête de la langue Normande, aux Médiévales de Bayeux, à la Course du Figaro à Cherbourg, aux Brayonades, à "Dreknor : la Normandie débarque à Paris", etc...).

3/ Dans les centres de loisirs.

4/ Et une fois par an (le deuxième dimanche d'août) l'assemblée régionale des sports traditionnels normands. La 6ème édition ayant eut lieu à Carentan (50) le 08/08/2010.
Au cours de cette assemblée, démonstration de tous les jeux, concours régional de quilles et de course de tonneau, grande choule finale et remise conviviale des lots avec teurgoule maison, biscuits normands et des couops d'beire dauns les moques!




Et n'oubliez pas, comme chaque année, la Coupe de Normandie de Choule à la crosse!!








Sports et josteries cheu nous en Normaundie

Âotefeis…

An jouait âotefeis dauns noute countraée à la choule (qu’a dounaé le rugby et le foot-ball en Aunglleterre), à la tèque (ch’est annyi le base-ball), és tchiles et és boules (achteu, an dit le « bowling » !), oû palet, à la bézette, et bin âote seit enco…

Quiques Normaunds se démentîtent ya vingt annaées d’amoucheler touot chenna que no sait par écrit ou bin d’aveu les souovenins de nos gens, de sorte et de mannyire à rémôqui les jéeus de cheu nous.

L’idaée leus est venun en 1994. Pis en 2002 cha quemenchit pouor dé vrai. An fit des crosses en boués et des boules en tchu (en cuir) ! Les collégians des Puus (Les Pieux, Cotentin) jostîtent d’aveu les syins d’Allemanne et d’Aunglleterre ! L’s Allemaunds de Weener (en Frise) s’en vîntent d’aveu le kubb des Viquyins (les Scandinaves)…

Pllaisi d’yête paé coume l’s âotes, d’avei des jéeus d’âotefeis : ch’est paé de gangni qui coumpte, et pis les gâs et les files jostent par ensemblle, les jannes et les vuus !

Les Normaunds ount byin des jéeus à ieus, ainchin que les Basques, les Bertouns et les Picards ! An est paé pus niots que l’s âotes ! V’lo de quei qui doune eune bouone idaée de la Normaundie pou les viageus qui vyinnent nous veî !

Quiques jéeus bin normaunds :

Oû Moyen Âge, an jouait « à la soule » dauns le Su de la Normaundie ou bin « à la choule » (oû Nord de Tinchebray).

Dauns sen Jouorna d’s Annaées 1550, Gilles de Gouberville écrit qu’il avait couoteume d’y jostaer d’aveu le tchuré du Mesni-oû-Va (yoù qu’i demeurait) ampraès la messe d’aveu des crosses, et d’âotes coups il invitait déeus étchippes pou la graunde choule (d’aveu eun grosse boule en boués) qui durait pusurs jouors : des coups yavait les ceusses de Tchidbou (Cherbourg) conte l’s âotes parouèsses du trige et i s’artrouaient jusque dauns la mé !

Dévers 1820, an jouait cheu nous à la choule d’aveu ou bin sauns crosse mais cha feut interdit rapport és villâches qui se freulaient à retou de vâton ! Coume ichin dauns la countraée de Tinchebray !

« J’y ai vu jouer à Quettetot [praès de Bricbé (Bricquebec)], écrit Charles Frémine (né en 1841). Le jour de la Saint-Clair, les gars des communes environnantes se donnaient rendez-vous… C’était comme une noire trombe hurlant et tourbillonnant à travers la lande… » (La Voix du Donjon, n° 36).

Eun patrimouène d’achteu !

An joue itou à la tèque : la tèque, cha peut yête oûssi bin le nom du vâton que de la balle en tchu (en cuir), cha qui fait « tac »ou « tec ».

Eul mot « tèque » est bin couneu des Normaunds et guère âote part. Jean Seguin prêche de la « tèque au franc » vers 1930. La batte était eune palette en boués, le battous renvie la tèque en pé de berca. Yavait itou la tèque oû mur. Et en Aunglleterre, an joue co és « rounders », qui s’ent’arsembllent d’aveu le « base-ball » (la balle à la base…).

An jouait à la tèque és dinmaunches de Carême et à Mardi-gras ou bin és fêtes patronnales rin qu’en Normaundie ou bin oûpraès. Mais dévers 1920, des écoles et pis les scouts s’y sount mins !

Dauns les cours des fermes oû sei ou byin des âoberges le dinmaunche à la relévaée, an jouait ya paé bin loungtemps és tchiles (qu’an écrit quiles). Par exemplle, dauns le trige de Moundebou (Montebourg, Cotentin), ch’est le jeu des treis sœus (les trois sœurs) : treis quiles hâotes de 70 cm pllèchies en lène. An trache à les faire tumbaer do eune boule de 4 à 5 kg de 10 mètes pou les gâs et neu mètes pou les files. An joue do des sous qu’an met dauns eune pouque (ou pouche oû Su de la Normaundie). Le raboulous qui raboule la boule a dyis du chent. Les vuules gens y jouent co !

Ya itou des josteries de quiles sus le pllaunchi d’s âoberges. Et l’s Aungllais y jouent co dauns quiques « pubs ».

Des coups, ch’est d’aveu des quiles pllates coume à Yvetot (Pays de Câs)…

Et pis ya la graund carambole du Su de la Normaundie et en pus petiot la boule de hasard en boués (cha r’semblle bin à-n-eun « flipper » mais paé bésouen de lumyire!

Et ya itou le palet… ou la galoche, la galine, eul bouchon, ou bin la butte !

Biâocoup de noums, et biâofaire de règlles ! Les palets sont en fé de 920 g et an y joue co de Couotaunches à Brécey !

Dauns l’s âoberges, les dominos, les jéeus de dès coume la bézette ou « froume la bouète », le camembert sus pllaunche, la carambole à gouttyire fûtent mins oû rafrot ou bin oû grényi.

Eune Fédération des jéeus d’âotefeis pou le jou d’annyi

Ch’est en 2004 qu’eune assembllaée décidit à Bricbé de genci eune prémyire association baptisie « Tec-Nor » : Tec coume la tèque et c coume la choule. No les veit dauns touot le Cotentin : choules, quilles, palet, kubb… En 2008 et 2009, 40 collèges et 20 lycées jostent à Fllamanville d’accaunt l’U.N.S.S.

Pis en 2010, la Fédé « JeuxtradiNormandie » a nâquit…

Achteu, ses bénévoles peuvent pus yête dauns touotes les carres de la Normaundie, viageaunt oû diablle bouoilli !

I fâot que cha remue pus que que cha et que les jéeus normaunds seient eun miot partout, dauns les quartiers des villes ou à la caumpanne…

Des clleubs deivent se mettent sus pid, à l’éga des sports !

Et pis des veillies l’hivé pou les jéeus des âoberges, d’accaunt des countes et des caunchons en normaund.



















 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site